Wool is cool (non mais si, vraiment)

Je pense qu’à la lecture du titre, j’ai déjà perdu un tiers de mon lectorat (soit 3 personnes). Parce que, au cas où vous ne l’auriez pas compris, je vais partager aujourd’hui avec vous ma passion dévorante pour le tricot. (Là, je viens de perdre le second tiers, qui n’avait pas compris le titre. Merci aux 3 survivants).

Oui, je sais, ça peut paraître incroyable mais je me suis découvert une passion pour le tricot. Pourtant je ne suis pas du genre très patiente. Ni très douée de mes dix doigts (même si je me soigne à grands coups de cours de couture. Ouais, je compte pas m’arrêter au tricot). Je ne saurais donc vraiment pas vous dire ce qui m’a traversé l’esprit cet après-midi de janvier 2016 lorsque je me suis inscrite à un cours de tricot avec Enrico des Tricoteurs Volants, une mercerie de mon quartier. Enfin si, j’avais décidé que cette année (2016 donc, pour ceux qui suivent) serait celle de mon accomplissement personnel qui passerait par le développement d’activités extra-professionnelles. Bref, un moyen de moins penser au travail, de canaliser mon ras-le-bol et d’arrêter d’emmerder Gérard le soir avec mes problèmes existentiels de vie d’open-space. « Très bonne idée, m’a-t-il d’ailleurs dit ce soir-là lorsque je lui ai fait part de mon projet. Je te soutiens à 100% ». Il est sympa Gérard, il me soutient dans tout ce que j’entreprends : quitter mon boulot, organiser notre mariage, devenir tricoteuse professionnelle, fabriquer des shampoings… Mais revenons-en à nos aiguilles.

#uneecharpepourgerard
#uneecharpepourgerard

Le 14 janvier, c’est donc avec une fierté non dissimulée que je quittais le bureau à 18h pétantes en annonçant  : « Je pars tôt ce soir, j’ai tricot ». (Une annonce pas aussi fracassante que je l’espérais puisque nous n’étions, comme à l’accoutumée, que deux et demi dans l’open-space.) Une heure plus tard, me voici assise en compagnie de quatre autres personnes (3 femmes et un homme. Oui, il y a des hommes qui tricotent. Ou du moins qui essaient) dans la jolie boutique à la façade rose d’Enrico qui nous prodigue nos premiers pas en tricot. Au bout de près de trois heures de cours, je sais monter des mailles, tricoter le point mousse et un balbutiant point jersey. Je rentre à la maison remplie de fierté avec des aiguilles et une pelote de laine pour m’entraîner… Que j’abandonnerai quelques semaines plus tard, laissant querelles d’open space et autres réseaux sociaux occuper à nouveau mes soirées.

Pull Chewing Sweater We Are Knitters tricot tuto do it yourself diy knit
Work in progress…

Ce n’est qu’en octobre dernier, après avoir quitté mon boulot quelques semaines plus tôt, que les aiguilles sont revenues me démanger. Alors inscrite à des cours de couture (je vous ai prévenus, une vraie ménagère de moins de 50 ans), j’avais envie d’une activité manuelle à faire chez moi le soir (et/ou la journée) en regardant la télé (et qui en plus me permettrait d’étoffer ma garde-robe). C’est alors que mes yeux sont tombés sur mes aiguilles qui dépassaient d’une niche (fourre-tout) dans le salon. Ni une, ni deux, je me suis remise en selle (le tricot, c’est comme le vélo), et je me suis lancée dans mon premier projet : #uneecharpepourgerard. J’ai commandé des pelotes en 100% laine sur un site Internet ainsi qu’un cheptel d’aiguilles de toute taille et j’ai attendu avec impatience leur arrivée pour débuter mon ouvrage. Mais là, grosse déception, la laine s’est avérée très difficile à tricoter pour la débutante que je suis et je me suis donc tournée vers un produit moins qualitatif (avec seulement 25% de laine) mais beaucoup plus facile à tricoter. Et un mois et demi plus tard, ta-da ! J’ai fièrement pu passer l’écharpe au cou de Gérard (une sorte de répétition avant de lui passer la corde au cou… Ah ah). Elle est très (trop) large mais il l’adore (enfin, je crois. Il a intérêt vu le temps (et l’argent) que j’y ai passé). Ni une ni deux, je me suis lancée dans mon second ouvrage, un Chewing Gum Sweater de chez We Are Knitters reçu à Noel (merci Maman). Et comme j’ai peur de manquer (j’ai pas connu la guerre mais c’est tout comme), j’ai déjà acheté la laine pour mon prochain ouvrage… De belles soirées tricot-Netflix en perspective…

Laine wool drops andes do it yourself diy knit
#tricotnetflixverveine
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s