La conduite du changement

le

Ca m’est tombé dessus comme ça, comme une envie compulsive d’acheter des choses sur Internet (oups, i did it again. On en reparle vite). J’étais en train de rentrer chez moi après une journée de boulot et là, ça m’a pris par surprise, comme une envie de m’enfiler des cookies Marks & Spencer devant la télé (oups, i did it again. Double ration d’abdos cette semaine). Le constat est sans appel : il me faut du changement, et vite. En deux secondes, j’ai fait le tour des possibilités s’offrant à moi. Changer de mec ?Non, merci, tout va très bien de ce côté là. Certes, Gérard laisse traîner ses chaussettes et ses caleçons sales (c’est un vrai mec, quoi) mais je ne suis pas maniaque. J’ai bien pensé au mariage, il paraît que ça vous pimente un couple. Mais Gérard a pas l’air hyper open de ce côté là. Mon boulot ? Huuumm… Sans commentaire. Mon appartement ? Il est vrai que j’ai toujours eu la bougeotte (7 appartements en 12 ans, qui dit mieux ?) mais là, je crois bien avoir trouvé l’appart de mes rêves : parquet d’époque (dans son jus. Ahem), moulures, dernier étage, quartier de dingue, voisins pas relous, bref la totale. Mes amis ? S’ils me supportent depuis tout ce temps, c’est qu’ils en valent vraiment la peine. Non, j’avais beau passer tous les postes de ma vie en revue, aucun changement envisageable dans les prochains jours. C’est à ce moment précis que je me suis passée la main dans les cheveux. Et là, j’ai eu une illumination ! Et si je me coupais les cheveux. Du genre court, comme ça ne m’est pas arrivé depuis longtemps. Une coupe légère, facile, qui se place toute seule, avec laquelle je puisse me passer les mains dans les cheveux pour un effet coiffé-décoiffé trop cool. Alors je suis allée sur Internet et j’ai cherché des photos. Compulsivement. Et je suis tombée sur des photos comme celles-ci (source The Reporthair)

Image 15Image 16    Image 14Image 17

La suite de l’histoire, je peux déjà vous la raconter. Je vais craquer. Sauf que cette fois-ci, j’irai chez le coiffeur (la dernière fois, c’est Gérard qui m’a coupé 10 bon centimètres de cheveux. J’ai pleuré. Je lui ai dit que j’étais au bout de ma vie. Il a rit. Beaucoup. Je ne sais pas ce qu’il ferait sans moi celui-là). En sortant, je serai contente. Un peu circonspecte, mais contente. Je n’arrêterai pas de passer la main dans les cheveux. Ca fera du vent dans mon cou, ce sera rigolo. Je me regarderai dans tous les miroirs. Puis, viendra le premier shampooing. Je passerai mon temps à regarder mes cheveux sécher, dans l’espoir qu’ils ressemblent à l’une des photos ci-dessus. Ca n’arrivera pas. Je me dirai que ce n’est pas grave. Puis deux jours après, je fondrai en larmes devant la glace en agonisant Gérard de bêtises et en lui demandant comment il a pu me laisser faire une pareille connerie. Je dévaliserai Aromazone d’huiles essentielles et végétales qui favorisent la pousse des cheveux et j’entamerai alors une longue traversée du désert capillaire. Mais vous savez quoi, je crois que je vais le faire. Parce que le changement, c’est maintenant (OK, je sors.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s