J’ai testé pour vous : faire la plonge au resto

© Pascal Montary

Jeudi dernier, je suis allée au restaurant. Voilà une information très intéressante, vous dites-vous. Mais figurez-vous que oui, car je ne suis pas allée dans n’importe quel restaurant. Non, madame. J’ai dîné au Mir Restaurant. Oui, Mir comme le liquide vaisselle. Je vois d’ici vos yeux s’arrondir et les bons mots affluer. Non, je n’ai pas mangé du liquide vaisselle. Par contre, oui, j’ai fait la vaisselle avant de partir. MOI, la fille qui déteste faire la vaisselle à la maison. Demandez donc à Gérard, il vous dira que parfois, il compte le nombre de jours que je peux passer sans toucher une assiette sale. Mais attention, il ne s’agit pas là de fainéantise (j’ai mon lot, là aussi, ne vous inquiétez pas), mais plutôt d’une certaine répugnance pour les éponges. Vous savez ces petits carrés de mousse, parfois recouvert d’un bidule vert vaguement abrasif, que l’on laisse tremper dans l’eau de vaisselle et qui se gorge de toutes les bactéries possibles ? Et ben, moi j’aime vraiment pas ça. À tel point que, à la maison, la durée de vie d’une éponge à vaisselle dépasse rarement les 7 jours. Ce qui a le don d’agacer Gérard qui m’accuse de dilapider l’argent du ménage en éponge (et en fringues aussi, mais ça c’est une autre histoire). Mais il en va du prix à payer pour que j’arrête de sauter mon tour de vaisselle, Gérard s’est donc fait une raison. Il a même réfléchi à la possibilité d’installer un lave-vaisselle dans la cuisine. Mais nous nous sommes vite rendus à l’évidence qu’avec une seul entrée et sortie d’eau, la tâche allait s’avérer compliquer et qu’il valait mieux privilégier le lave-linge. Mais revenons-en à ma soirée de jeudi dernier. J’étais donc invitée (je vous ai dit que j’étais journaliste dans l’événementiel ?) à découvrir le Mir Restaurant, un concept événementiel (CQFD) créé par l’agence Ubi bene pour le compte de son client Mir Vaisselle. Rendez-vous était donné au 9 rue Guisarde, dans le 6e arrondissement de Paris, pour un dîner un peu spécial. De prime abord, rien de particulier. Si ce n’est les bouteilles de Mir qui trône en vitrine dudit restaurant. Et puis aussi ce bac à vaisselle en inox, brillant de mille feux, qui trône au centre de la salle. Une hôtesse me conduit à ma table, située dans la salle du premier étage, et me tend la carte. Au mur, des tableaux colorés aux slogans évocateurs : « Le chef a toujours raison » ou « Ici on paie en liquide ». Sur la carte, j’ai le choix entre trois entrées, trois plats et trois desserts. Sans faire attention à la colonne des prix (quand on aime, on ne compte pas. Surtout lorsque l’on est invité), je choisis les ravioles de Royans, le filet de bar et le moelleux au chocolat (ne pas se laisser abattre. Jamais). La serveuse prend ma commande et m’apporte mon quart de vin blanc (ne pas se laisser abattre. Bis). Autour de moi, les tables se remplissent, les gens discutent, rigolent, bref, comme dans un vrai restaurant. Je ne fais qu’une bouchée de mon entrée, on m’apporte mon plat puis mon dessert. Et enfin, voici venir l’addition. Une addition un peu particulière puisque ce n’est pas en monnaie sonnante et trébuchante que son montant est exprimé mais… en vaisselle à nettoyer ! Pour m’acquitter de ma note, je dois me rendre au bac du rez-de-chaussée et laver 4 couverts, 1 cassolette et 1 assiette. Docilement, je m’exécute. L’hôtesse me remet un tablier aux couleurs du Mir Restaurant, j’enfile une paire de gants, et me voici derrière un bac rempli de mousse de liquide vaisselle à frotter les assiettes. Pour ceux qui ne me croiraient pas, un Polaroid de ma personne en pleine action existe mais je ne l’ai pas en ma possession. J’en ai gentiment fait don au restaurant pour qu’il rejoigne le mur de photos. Mais je suis quand même repartie avec mon flacon de Mir Secrets de Cuisinier que je me suis empressée d’étrenner en début de semaine et je ne pensais pas dire ça un jour, ni l’écrire d’ailleurs, mais  ce liquide vaisselle me réconcilierait presque avec la vaisselle.

© Pascal Montary

Pour ceux à qui ce post donnerait des idées, le Mir Restaurant est désormais fermé. Mais vous pouvez toujours aller dîner à la Bastide d’Opio qui a servi de cadre à cette opération. Cependant, n’oubliez pas votre CB.

Bonne fin de semaine et à très vite pour la 10e revue des blogs (que le temps passe vite, en votre compagnie !)

C.

Crédit photos : Pascal Montary

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. danton dit :

    MIRifique…..que dis je….MIRobolant…!!!
    on en prend plein les mirettes….
    Et c’est à quelle station MIR ??
    omesnil …peut-être?
    on aimerait en savoir plus …
    c’est long une semaine …….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s