J’ai testé : Rosa Bonheur sur Seine

Ou comment j’ai chopé le mal de crâne du siècle.

Il faut que je vous avoue un truc. Un truc un peu inavouable, qui pourrait nuire à ma réputation dans les milieux autorisés : je n’avais jamais mis les pieds chez Rosa Bonheur avant le week-end du 14 juillet. Incroyable vous dites- vous, pour la parisienne néo branchée que je suis (je vous ai déjà dit que je suis journaliste dans l’événementiel ?). Et bien, aussi invraisemblable que cela puisse paraître (je pèse mes mots), c’est la vérité. Il faut dire qu’en tant que digne représentante de l’ouest parisien, le 19e arrondissement a toujours eu pour moi des allures de contrées lointaines que l’on visite de manière très occasionnelle. Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre l’année dernière que cette chère Rosa  avait décidé de descendre de sa butte pour venir prendre l’air sur les quais de Seine.

Pendant presque une année, j’ai harcelé les gérants du Rosa afin d’obtenir des informations sur la date d’ouverture. Pour raisons professionnelles, of course (je vous ai déjà dit que je suis journaliste dans l’événementiel ?). Et puis un jour, ça y est, la barge a fini par ouvrir ses portes. Après une tentative avortée (la barge est fermée le lundi et le mardi), j’ai enfin réussi à y passer une soirée le week-end du 14 juillet. Premier conseil : si vous voulez une place assise, il faut arriver trèèèès tôt (voire carrément faire l’ouverture à 18h30). Arriver tôt vous permettra également d’éviter de faire la queue. Rosa Bonheur sur Seine est installée sur une barge et les contraintes de sécurité sont donc plus strictes que dans les bars, limitant ainsi l’accès à 500 personnes. Petite astuce, par de temps de pluie, la barge est moins prise d’assaut. Mais que ceux qui ne pourrait pas rentrer se rassurent : la terrasse En attendant Rosa, qui a précédé l’arrivée de la barge l’été dernier, est toujours là et s’accompagne désormais d’un four à pizzas !

À l’intérieur de la barge, la recette est la même que celle qui a fait le succès des Buttes-Chaumont : une guinguette sans prise de tête. Les commandes se font au bar, pas de service en salle. Seul petit bémol, les tables doivent être libérées à l’ouverture du dance floor, vers 22h30. Rosa Bonheur sur Seine n’est donc pas le lieu à privilégier pour refaire le monde durant des heures autour d’une bouteille de vin.

D’ailleurs, il n’est pas conseillé d’y boire du vin tout court. C’est l’erreur que nous avons commise en commandant bouteille de vin blanc sur bouteille de vin blanc. Le lendemain, la quasi totalité de la tablée, soit 10 personnes, s’est réveillée avec un sévère mal de tête (dans le meilleur des cas). Oui, je sais ce que vous allez dire : le vin blanc, c’est connu, ça donne mal à la tête. D’accord. Mais le mauvais vin blanc, c’est pire que tout. Quoi qu’il en soit, on ne nous y reprendra pas. Côté prix, ce n’est ni plus cher ni moins cher qu’ailleurs. Comptez 20 euros pour une (mauvaise) bouteille de vin blanc, 5 euros pour une bière bouteille en terrasse (mais ils ont de la 1664 blanche, alors on leur pardonne) et 9 euros pour une pizza.

Oui pour : une soirée entre potes où l’on veut discuter et danser un peu, sur la barge ou sur la terrasse, à quai.
Conseils : venir tôt pour avoir une table et ne pas faire la queue

Rosa Bonheur sur Seine
Voie sur berge Rive Gauche
Métro Invalides

Mon article Bonheur sur Seine sur le site de Meet>In

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s